L’obligation civile et l’obligation naturelle

==> Exposé de la distinction entre obligation civile et obligation naturelle

  • L’obligation civile
    • L’obligation civile est celle qui, en cas d’inexécution de la part du débiteur, est susceptible de faire l’objet d’une exécution forcée
    • L’obligation civile est donc contraignante : son titulaire peut solliciter en justice, s’il prouve le bien-fondé de son droit, le concours de la force publique aux fins d’exécution de l’obligation dont il est créancier
  • L’obligation naturelle
    • L’obligation naturelle, à la différence de l’obligation civile, n’est pas susceptible de faire l’objet d’une exécution forcée.
    • Elle ne peut faire l’objet que d’une exécution volontaire
    • L’obligation naturelle n’est donc pas contraignante : son exécution repose sur la seule volonté du débiteur.
    • Ainsi, le créancier d’une obligation naturelle n’est-il pas fondé à introduire une action en justice pour en réclamer l’exécution

==> Fondement textuel de l’obligation naturelle

  • L’obligation naturelle est évoquée à l’ancien 1235, al. 2 du Code civil (nouvellement art. 1302 C. civ).
  • Cet article prévoit en ce sens que :
    • « Tout paiement suppose une dette : ce qui a été payé sans être dû, est sujet à répétition.
    • La répétition n’est pas admise à l’égard des obligations naturelles qui ont été volontairement acquittées. »

==> Domaine d’application de l’obligation naturelle

  • L’obligation naturelle se rencontre dans deux hypothèses :
  • En présence d’une obligation civile imparfaite
    • L’obligation civile imparfaite est celle qui
      • Soit est nulle en raison de la défaillance d’une condition de validité de l’acte juridique dont elle émane
      • Soit est éteinte en raison de l’acquisition de prescription extinctive de la dette
    • Dans les deux cas, le débiteur est libéré de son obligation sans avoir eu besoin d’exécuter la prestation initialement promise
    • Le débiteur peut néanmoins se sentir tenu, moralement, de satisfaire son engagement pris envers le créancier : l’obligation civile qui « a dégénéré » se transforme alors en obligation naturelle
  • En présence d’un devoir moral
    • Il est des situations où l’engagement d’une personne envers une autre sera dicté par sa seule conscience, sans que la loi ou qu’un acte juridique ne l’y oblige
    • Le respect de principes moraux peut ainsi conduire:
      • un mari à apporter une aide financière à son ex-épouse
      • une sœur à loger gratuitement son frère sans abri
      • un concubin à porter assistance à sa concubine
      • l’auteur d’un dommage qui ne remplit pas les conditions de la responsabilité civile à indemniser malgré tout la victime.
    • Dans toutes ces hypothèses, celui qui s’engage s’exécute en considération d’un devoir purement moral, de sorte que se crée une obligation naturelle

==> Transformation de l’obligation naturelle en obligation civile

  • La qualification d’obligation naturelle pour une obligation civile imparfaite ou un devoir moral, ne revêt pas un intérêt seulement théorique. Cela présente un intérêt très pratique.
  • La raison en est que l’obligation naturelle est susceptible de se transformer en obligation civile
  • Il en résulte qu’elle pourra emprunter à l’obligation civile certains traits, voire donner lieu à l’exécution forcée
  • La transformation de l’obligation naturelle en obligation civile se produira dans deux cas distincts :
    • Le débiteur a exécuté l’obligation naturelle
    • Le débiteur s’est engagé à exécuter l’obligation naturelle
  • Le débiteur a exécuté l’obligation naturelle
    • C’est l’hypothèse – la seule – visée à l’article 1302 C. civ (ancien art. 1235, al.2)
    • Pour mémoire cette disposition prévoit que
      • « La répétition n’est pas admise à l’égard des obligations naturelles qui ont été volontairement acquittées. »
    • Lorsque le débiteur a effectué un paiement à la faveur du créancier d’une obligation naturelle, la répétition de la somme versée est ainsi
  • Le débiteur s’est engagé à exécuter l’obligation naturelle
    • Lorsque le débiteur d’une obligation naturelle promet d’assurer son exécution, cette obligation se transforme alors aussitôt en obligation civile.
    • La Cour de cassation justifie cette transformation en se fondant sur l’existence d’un engagement unilatérale de volonté.
    • Ainsi a-t-elle jugé dans un arrêt du 10 octobre 1995 que
      • « la transformation improprement qualifiée novation d’une obligation naturelle en obligation civile, laquelle repose sur un engagement unilatéral d’exécuter l’obligation naturelle, n’exige pas qu’une obligation civile ait elle-même préexisté à celle-ci» ( Civ. 1re, 10 oct. 1995 : Bull. civ. 1995, I, n° 352).
    • Cela suppose, en conséquence, pour le créancier de rapporter la preuve de l’engagement volontaire du débiteur d’exécuter l’obligation naturelle qui lui échoit

==> Consécration légale de l’obligation naturelle

  • L’ordonnance du 10 février 2016 portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations, consacre, sans la nommer, l’obligation naturelle à l’article 1100 du Code civil.
  • Cette disposition, prise en son alinéa 2, prévoit que les obligations :
    • « peuvent naître de l’exécution volontaire ou de la promesse d’exécution d’un devoir de conscience envers autrui».

Une réflexion sur “L’obligation civile et l’obligation naturelle

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.